Amours / Désamours

Fil des billets

2011 déc. 20

En guise de prologue

Un homme sans compagne
c'est comme un ciel sans nuages
qui ne pourrait jamais danser

Chanson de banlieue

Le ciel est bleu l'air est pur
Et j'ai fait briller mes chaussures
La vie est bien faite ou mal faite
Ma d'moiselle c'est comm' vous et moi
          Je te ferai perdre la tête
          Si tu viens chez moi

Je lui ai dit: " Oh là là
Comm' la vie serait moins dure
As-tu vu José Arthur
Et la ville, et le cinéma... "
      ... Le temps passe, à coup sûr
          Mais ça fait trois jours qu'elle est là

Nous avons fermé la porte
Je redescendrai tout à l'heure
Faut dir' son nom après 10 heures
Et le bon génie vous emporte
          Faut dir': "Comm' le monde est petit
          Sur ma planète je ne vis que la nuit "

Baiss' la têt', compt' les pas
Peut-êt' que tu y'arriv'ras
Fais pas semblant, lèv' pas les yeux
Baiss' la têt' ça ira mieux
          Y'a plus personn' sur le pavé
          On n'a plus qu'à compter ses pieds

Chassée hors d'enfance

     Chassée hors d'enfance
          vêtue d'arrogance
          prélude à la danse
          des libérations
     Ce fut la première
          qui vit le mot plaire
          souffrir les enfers
          de ma création

Autant je l'aimais autant il me semble aujourd'hui
que le monde est bien triste depuis qu'elle est partie
     avec un pauvre sourire
     comme si les sourires
pouvaient être un remède à la séparation

Rouen, septembre

J'étais fourbu

      J'étais fourbu, cassé, moulé
    Je venais de parcourir l'univers
     Et me sentais comme un vers
  Paumé sur un parking de banlieue

   Elle m'a pris            dans ses bras...
     Elle m'a pris         dans ses bras
           et m'a dit      pose-toi
              ............. là ..........

Le p'tit oiseau

Fallait regarder dans l' trou noir
et sourire
et plus bougerpetit-oiseau.jpg
                               Coucou
                 Le p'tit oiseau va sortir ...
...
mais jamais il sortait
Z'arrêtent pas d' mentir ces adultes !

 


Immense calme après l'acte d'amour
Nous sourions ...
" Regarde !
Il est tout tendre maintenant
C'est rigolo, hein ?
- Oui, dit-elle, c'est comme un p'tit oiseau ! "

Oh Leila !

J'ai dormi comme un fou
    tant pis pour les remords
Je ne dors plus beaucoup
    mais j'en respire encore
de ce temps Oh Leila !
où tu me portais sur la vague

J'ai longtemps joué à qui me regarde
Avec toi qu'est-ce que c'est qu'un remords !
J'aimerais simplement te voir
     te revoir et te voir encore Oh Leila !
     tant tu me portes sur la vague

La lumière danse au creux du jour
     dans l'espace qui nous unit
La nuit me parle encore du jour
     de ce jour qui danse dans ton corps Oh Leila !
     quand tu nous portes sur la vague...

août

J'aimerais te dessiner...

J'aimerais te dessiner
En caresses de ton pays
Dissoudre les paupières de l’incrédulité

J'aimerais pouvoir te chanter
dans la langue de ton pays
     Parler de toi
     Rire avec toi
     Aimer en toi

     ma vallée

Je traverse le bois

     Je traverse le bois comme le rossignol
qui porte dans la nuit la lumière du printemps.

           Il m'en vient un air à chanter
       à chanter l'amour qui nous prend

- page 1 de 7