Fracastal

|   ... par écrit   |  Jeux vocaux   |  Californie 2008  ,  2013   |  

Saudade Mi KoraSound

Cette musique, jouée sur "Ethno2", a été présentée, avec 2 autres ( ils sont ici ), au concours microtonal dédié à ce sampler, et organisé par Jacques DUDON de l'Atelier d'Exploration Harmonique

Fichier vidéo intégré

Pour la composer, j'ai utilisé un étonnant petit logiciel appelé "NODAL", qui fonctionne à l'écran comme une grille quadrillée sur laquelle on dispose des "nodules" reliés entre eux par des flèches. Chaque nodule est en fait un déclencheur de notes, déterminées en hauteur et intensité par une liste spécifique à chaque nodule.
Ce qui est extraordinaire avec Nodal, c'est qu'une fois un circuit (ou cycle) établi sur une grille, on peut changer l'échelle de la grille et déposer un autre circuit, qui viendra se superposer au premier selon un rapport numérique librement déterminable, permettant ainsi une polyrythmie for complexe.

Voici une image du "réseau" utilisé pour ce morceau ( le patch Nodal est téléchargeable ici ) :

Les nodules en pointillés ne sont pas joués, et lorsqu'on arrive en bout de ligne le circuit redémarre instantanément au début. On a donc 9 cycles superposés, basés sur une division régulière en 3, 5, 7, 9, 10, 11, 13, 15 et 45 segments d'une même longueur donc d'un même temps (ici égal à 14 secondes) , créant de fait une polyrythmie "fractionnelle"

Chaque ligne gère un instrument (les triangles) qui ne jouent chacuns que de 1 à 4 notes sous forme de code midi, qui après enregistrement sur 9 pistes différentes à été légèrement remanié (silences, variations d'intensité...) puis réparti sur 3 "instruments" différents (échantillonnés dans Ethno2):    Kora 1,  Cabassa  et  Shaker 1,  accordés sur la gamme microtonale: "Flamenca", dont voici les intervalles exprimés en centièmes de demi/ton (= division de l'octave en 1200 parties égales):

0    77,45    189, 18    294,13    393,09    498,04    585,65    690,60    779,40    891,13    996,09    186,31    1200

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet