|   ... par écrit   |  Fracastal   |  Jeux vocaux   |   Californie 2008   |  

1- Un voyage de rêves

Et oui, en septembre 2013 je retourne en Californie, 5 ans et demi après mon premier voyage, histoire de revoir Hopi et Djamil (mes deux enfants de là-bas) et leurs familles...
Je pars de Toulouse, d'où je prendrai l'avion tout à l'heure pour Francfort, Toronto et San Francisco.
15h 43mn de vol (Air Canada) et 7h 55 d'escales. Autrement dit: quasiment 24 heures de transit !... Mais c'est un choix : j'avais envie de passer un peu par le Canada.

:)

Ce matin, chez Marcel, (Toulouse), le réveil à sonné à 4h1/4. L'envol est prévu pour 6h45, mais faut y être 2 heures à l'avance pour enregistrer les bagages (officiellement 3 heures). On est arrivé à Blagnac un peu après 5heures, et en fait j'étais le dernier. Avec toutes les formalités, 2 heures avant c'est le bon délai.
J'ai trouvé plus de monde à l’aéroport qu'il y a 6 ans...

Dans le vol pour Francfort, j'ai regretté de ne pas être près d'un hublot, parce qu'avec le lever du soleil au-dessus des trois couches nuageuses, et les sommets montagneux émergeant des cumulus, le tableau était vraiment sublime, la vitesse révélant toute l'ampleur du relief... J'aurai pu tenter quelques photos... D'autant plus dommage que mon voisin semblait plus intéressé par l'écran de son ordi que par ce qui se passait dehors. Et pas que lui d'ailleurs... et pas que dans cet avion-là...

Le vol pour Francfort a duré 2 heures. Un peu plus d'une heure après je décollais pour Toronto (après un passage minutieux au scanner) dans un Boeing 777 d'Air Canada . L'avion était bondé (349 places, en 5 compartiments) mais plutôt confortable et sympathique, malgré les inévitables bébés qui pleurent et les dérangements pour aller aux toilettes.
Cette fois-ci le paysage extérieur n'a pas présenté grand intérêt : une surface toute blanche, de nuages bas. Heureusement que les écrans sont là pour offrir un voyage de rêves :

Voyage_de_reves.jpg

Il fut un temps (c'était dans les années 60) où quand un avion atterrissait, les passagers applaudissaient, manière de signaler qu'ils considéraient tout celà comme une prouesse.
Mais là, le plus remarquable à mes yeux ce fut d'en voir quelques-uns penser, avant de descendre, à couper le film qu'ils étaient en train de regarder...

Maintenant je suis dans la zone de transit, à l'aéroport de Toronto. Il est bientôt minuit en France, et 18 heures ici. Je ne vais pas tarder à m'envoler pour San Francisco, et quand j’y atterrirai il sera 21h30, et 6h30 en France!

Bonne nuit les ami(e)s!