|   ... par écrit   |  Fracastal   |  Jeux vocaux   |   Californie 2008   |  

14- L'or vert

(Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Le comté de Mendocino, avec ceux de Humbold et de Trinity, plus au nord, forment ce qu'on appelle « le triangle d'émeraude ». C'étaient des régions qui vivaient essentiellement de l'industrie forestière et de la pêche. Mais la disparition des grands Redwoods et les concurrences internationales ont fait s'écrouler ces économies.
À partir des année 60, accompagnant le mouvement contre-culturel de retour-à-la-terre, les plantations de cannabis s'y sont largement répandues, conséquence indirecte de la lutte anti-drogue opérée au Mexique. En effet, à la suite d'une publication sur les dangers que représentait désormais la marijuana mexicaine à cause des intenses épanchements d'herbicides effectués sur les plantations, les consommateurs ont cherché d'autres sources d'approvisionnement. La prohibition ayant fait exploser les prix, d'aucuns allèrent jusqu'à dire qu'elle fut une façon détournée de relancer l'économie de ces comtés !
Bien-sur, les divers gouvernements (fédéraux, étatiques et locaux) ont sévi contre les producteurs (par destructions et arrestations), mais ils étaient si nombreux et les lois si complexes que rien n'y fit. Aujourd'hui, le terme de « triangle d'émeraude » est même devenu un label pour les entreprises de produits agricoles qui se sont développées dans ces régions, d'autant plus facilement qu'à partir de 1996 la légalisation du cannabis « médical » (initiée par la Californie) s'est répandue dans une trentaine d'états, créant par contradiction avec les lois fédérales un invraisemblable imbroglio législatif que les avocats n'ont pas manqué d'exploiter.
J'ai beaucoup appris à ce sujet en lisant « Humbold » un livre écrit par Emily Brady, une journaliste qui raconte la vie de 4 personnes impliquées de différentes manières dans la culture du cannabis, du planteur au shérif...

À Mendocino, j'ai pu constater que le fournisseur de produits agricoles vendait tout ce qu'il fallait pour cette agriculture-là, depuis les lampes destinées aux plantations en intérieur jusqu'aux savons pour s'enlever la résine des mains, sans oublier les multiples produits dont l'image publicitaire ne laisse aucun doute sur la cible. Une autre boutique est spécialisée dans les pipes et les livres traitant du sujet...

P1040468.jpg   P1040700.JPG   P1040469.JPG

Une autre encore fournit une vingtaine de qualités différentes de cannabis, qu'on peut acheter pour peu qu'on ait une ordonnance médicale, des plus faciles à obtenir.P1040269.JPGP1040268.JPG

À Oakland, d'ailleurs, le cabinet médical qui délivre les certificats est installé juste en face de « l 'Université d'Oaksterdam » (sic) où on apprend tout ce qu'il faut pour être un spécialiste de la question. La police fédérale y a bien opéré une descente destructive, mais aux dires du policier chargé de la surveillance, il n'y eut aucune suite parce que c'était juste une manière de marquer le coup. Une sorte de règlement de comptes, en quelque sorte...


Il y a plein d'autres histoires qui courent sur tout ça, des arrestations sans lendemains aux grandes politiques commerciales. Des projets de légalisation sont en cours : l'état du Colorado vient de légaliser la marijuana « de loisir », et en 2010 il y eut en Californie un référendum là-dessus qui a donné un résultat négatif. Mais ça finira bien par se faire, et les grandes firmes tabacoles ont déjà tout ce qu'il faut pour faire face à une situation qu'elles ne manqueront pas d'exploiter, au grand dam des petits producteurs, qui pour ne pas trop faire faillite n'auront plus alors comme solution que de créer des labels de qualité, ce qui commence à se faire, comme ici...

Il semblerait que la vie économique du triangle d'émeraude repose désormais en très grande partie sur « l'or vert »... Il semblerait que plus de la moitié de la population en pratiquerait la culture, sinon professionnellement du moins pour un usage familial... Il semblerait que...
Peut-être... mais ce dont je suis sûr en tout cas, c'est qu'en traversant nombre de bourgades, l'odeur du cannabis m'est effectivement montée aux narines, et pas juste un peu ! Comme par chez nous la vigne, au temps des vendanges.