|   ... par écrit   |  Fracastal   |  Jeux vocaux   |   Californie 2008   |  

dimanche 13 octobre 2013

1- Un voyage de rêves

Et oui, en septembre 2013 je retourne en Californie, 5 ans et demi après mon premier voyage, histoire de revoir Hopi et Djamil (mes deux enfants de là-bas) et leurs familles...
Je pars de Toulouse, d'où je prendrai l'avion tout à l'heure pour Francfort, Toronto et San Francisco.
15h 43mn de vol (Air Canada) et 7h 55 d'escales. Autrement dit: quasiment 24 heures de transit !... Mais c'est un choix : j'avais envie de passer un peu par le Canada.

:)

Ce matin, chez Marcel, (Toulouse), le réveil à sonné à 4h1/4. L'envol est prévu pour 6h45, mais faut y être 2 heures à l'avance pour enregistrer les bagages (officiellement 3 heures). On est arrivé à Blagnac un peu après 5heures, et en fait j'étais le dernier. Avec toutes les formalités, 2 heures avant c'est le bon délai.
J'ai trouvé plus de monde à l’aéroport qu'il y a 6 ans...

Dans le vol pour Francfort, j'ai regretté de ne pas être près d'un hublot, parce qu'avec le lever du soleil au-dessus des trois couches nuageuses, et les sommets montagneux émergeant des cumulus, le tableau était vraiment sublime, la vitesse révélant toute l'ampleur du relief... J'aurai pu tenter quelques photos... D'autant plus dommage que mon voisin semblait plus intéressé par l'écran de son ordi que par ce qui se passait dehors. Et pas que lui d'ailleurs... et pas que dans cet avion-là...

Le vol pour Francfort a duré 2 heures. Un peu plus d'une heure après je décollais pour Toronto (après un passage minutieux au scanner) dans un Boeing 777 d'Air Canada . L'avion était bondé (349 places, en 5 compartiments) mais plutôt confortable et sympathique, malgré les inévitables bébés qui pleurent et les dérangements pour aller aux toilettes.
Cette fois-ci le paysage extérieur n'a pas présenté grand intérêt : une surface toute blanche, de nuages bas. Heureusement que les écrans sont là pour offrir un voyage de rêves :

Voyage_de_reves.jpg

Il fut un temps (c'était dans les années 60) où quand un avion atterrissait, les passagers applaudissaient, manière de signaler qu'ils considéraient tout celà comme une prouesse.
Mais là, le plus remarquable à mes yeux ce fut d'en voir quelques-uns penser, avant de descendre, à couper le film qu'ils étaient en train de regarder...

Maintenant je suis dans la zone de transit, à l'aéroport de Toronto. Il est bientôt minuit en France, et 18 heures ici. Je ne vais pas tarder à m'envoler pour San Francisco, et quand j’y atterrirai il sera 21h30, et 6h30 en France!

Bonne nuit les ami(e)s!

samedi 12 octobre 2013

2- Back to California !

Je retrouve avec étonnement l'intensité californienne. Avec étonnement, car après une journée de 28 heures sans quasiment dormir, et m'être couché (sans plus de conviction) un peu avant minuit, je me réveille à 5 heures, pas fatigué ! … Les cafés d'hier ?... L'horloge interne qui me situe encore aux alentours de 13h. ?... L'excitation du voyage et des retrouvailles familiales ?... Sans doute un peu de tout ça... Mais tout de même : il y a par ici comme un intense bain d'énergie, que la fois dernière j'avais mis sur le compte des mouvements telluriques liés à la grande faille de San Andréas...

Et comme par hasard, le livre que j'ai emporté pour lire pendant le voyage décrit la façon dont les Evhé perçoivent le monde.C'est un peuple qui se partage entre le Ghana, le Togo et le Bénin, au sud. Pour eux nos origines sont souterraines, et nous ne restons en vie que tant que nous y sommes encore reliés, par nos ancêtres et nos esprits tutélaires. Et pour ce qui est de la Californie, vivre sur une terre où s'affrontent sous nos pieds deux vastes masses souterraines, ne peut pas être anodin.

Ceci dit, tout le monde n'a pas le sens du tellurique. Moi oui. Et comme par hasard (encore), j'ai suivi dans mes jeunes années une formation de géologue, en étant persuadé que c'est la terre qui forme les peuples...

Je dois apporter 2 compléments à mes dires d'hier : d'abord, en quittant l' Airbus 321 qui pendant 5 heures a volé vers San Francisco, je n'ai pas vu un seul écran passant encore un film...
Ensuite, à l'aéroport de Toronto, d'où j'ai publié le précédent post, j'étais déjà en zone américaine. En effet, pour y accéder j'avais passé l'épreuve du scanner, et celle de l'interrogatoire. Si bien qu'en débarquant je fus très surpris, tant de trouver Hopi qui m'attendait là, que d'apprendre que ce vol en provenance de Toronto était considéré comme un vol intérieur, et qu'on pouvait donc partir de suite. Je comprenais mieux aussi pourquoi, sur ce vol de 5 heures, en début de soirée, on me demandait de payer pour avoir un repas ou même une bière ! Une habitude américaine à ce qu'il parait...

Partir de suite? Mais pas pour Mendocino, comme je le croyais. Il était bientôt dix heures du soir et Hopi, considérant qu'elle était trop vieille pour ce genre d'aventure (sic !), préférait aller dormir et partir le lendemain matin... … c'est-à-dire bientôt ! J'écris donc de chez elle, sur l'île d' Alameda qui se trouve en face de Frisco, de l'autre coté de la baie.
Et maintenant tout le monde se réveille...

vendredi 11 octobre 2013

3- Albion

( Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Impossible de transcrire ici toutes les informations qui m'arrivent en une seule journée. Alors je vais être sobre, et publier plus tard et de façon synthétique sur quelques thèmes qui m'intéressent particulièrement. Des sortes de reportages, en somme.
On peut aussi aller voir le compte rendu de mon voyage de 2008, ici

Voici une photo de Ginger, fille de Hopi & John (et donc ma petite fille) un peu avant quelle ne parte (avec son frère Cassius) à l'école d' Alameda, hier matin :

Ginger.JPG

Ensuite, avec Hopi nous avons roulé quasiment 3 heures vers le nord, jusqu'à la petite ville d' Ukiah où le Mendocino College organise une exposition d'arts plastiques, avec ces sculptures de Hopi:

GoldWood.jpg

Le conté de Mendocino fait partie de ces régions où sont venus s'installer, dans la foulée du mouvement hippie, ceux qui voulaient revenir à la terre, avec en toile de fond un intérêt (quelque peu romancé) pour les cultures locales indiennes (mais ici on ne dit pas « indiens » mais « natives » … Aujourd'hui, le style du pays en est profondément marqué. Voici pour exemple le menu d'un petit resto, et une boite de céréales à la mode locale.

Menu.JPG       Hemp-Granola.JPG

Pour bien lire le texte cliquer sur la photo... Autrement, voici la traduction:

ÉNERGIE POUR LA PAIX SUR TERRE
Quelle genre d'énergie voulez-vous manger aujourd'hui?

  • Terrestre (Nature): Shitake, Pleurote & Psalliote des jardins (... végétarienne)
  • Amérindienne (Courage): lamelles d'épaule de porc naturel
  • Mendocino (Esprit communautaire):
  • Marinière (Océanique): Crevettes de la Baie & Crevettes BlackTiger
  • Américaine (Confiance): lamelles d'aloyau de bœuf naturel
  • Millénium: (Cosmique): contenant tout ce qui est au-dessus
...  ...

Djamil, mon fils californien, était venu nous rejoindre et m'a conduit chez lui, dans une maison bien confortable construite au milieu des Redwoods, avec tout ce qu'il faut pour bien se nourrir : potager, volaille, cochons...

Basse-Cour.JPG    Maison.JPG    Jardin.JPG

Djenna (l'épouse de Djamil) est partie tôt ce matin vers ses activités de sage-femme. Beau et Malekae, leurs enfants de bientôt 6 et 14 ans, sont partis à l'école. Et moi, sous peu je vais faire  quelques courses avec Djamil...

Beau_Malekae.JPG

Et pour finir, quelques histoires:

  • L'Urubu à tête rouge, qu'on nomme ici « Turkey Volture » (Vautour-Dindon), est très présent autour de la maison. Il a cette étrange particularité que la femelle construit son nid à terre, dans le creux des grosses vieilles souches, afin que le mâle ne dévore pas les œufs qu'elle y pond...
  • Les gros exploitants forestiers de par-ici ont découvert un bon moyen d'améliorer leurs performances : ils injectent un violent poison dans les arbres qu'ils jugent inutiles c'est-à-dire pas vraiment rentables...
  • Voici 2 jours, Djamil est allé pécher dans l'estuaire de la Klamath river, dont chaque année à la même époque les grands saumons s'en viennent remonter le cours, pourchassés par des lions de mer bondissant. À coté des centaines d'indiens campant sur les rives, les blancs se pressent, épaules contre épaules, chacun d'eux n'ayant droit qu'à 3 prises. Mais les indiens, pour cause de tradition, peuvent en prendre avec leurs filets pour un millier de livres.

jeudi 10 octobre 2013

4- Mendocino

( Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Mendocino est une bourgade née au milieu du 19ème siècle, à l'époque où la ruée vers l'or peuplait la Californie, développant un large commerce de bois destinés à la construction. En effet, sur une fine bande côtière poussait de grands arbres millénaires (les Redwoods) aujourd'hui quasiment disparus . Ceux qu'on trouve encore maintenant, n'ont en effet, malgré leur taille imposante (20 à 30 mètres de haut), pas plus de 150 ans.

L’exubérance végétale de la bande côtière est due à l'humidité venant de l'océan, qui forme de très fréquentes nappes de brouillard.

P1030274.JPG          P1030275.JPG

S'il y eut beaucoup de ces bourgades forestières dans la seconde moitié du 19ème siècle, elles déclinèrent aussi vite qu'apparues, avec la disparition des Redwoods géants, et ce jusque dans les années 40. À partir des années 50, les différents mouvements de la contre-culture (dont certains prônaient le retour à la terre) les firent se repeupler, particulièrement dans les comtés de Mendocino, Humboldt et Trinity...
Mendocino a profité de sa proximité avec la baie de San Francisco (250km), berceau du mouvement hippie des années 60-70, pour développer des activités culturelles et touristiques. Malgré son faible peuplement (moins de 1000 habitants), on y trouve une highschool de 200 élèves (équivalent de nos collèges+lycées) ainsi que de nombreuses boutiques d'art et d'artisanat, sans oublier les commerces de produits bio.

P1030302.JPG P1030316.JPG  P1030303.JPG  

P1030333.jpg... Sans oublier non plus les « dispensaires », sorte de « cofee-shop » à l'américaine, où l'on peut se fournir ou consommer sur place des produits locaux à base de cannabis, à condition cependant d'avoir une ordonnance médicale. Une trentaine d'états américains ont en effet légalisé cette consommation médicale.
Mais la culture du cannabis n'est pour autant autorisée (avec des limites quantitatives) que dans certains comtés (dont celui de Mendocino), et ce à l'encontre de la législation fédérale. Ces différences de lois entre plusieurs administrations créent un flou si peu artistique, qu'on pourrait plutôt le qualifier « d'eaux-troubles », car il semblerait que 60 à 95 % des économies de ces 3 comtés (le triangle d'émeraude) soient basés sur la culture du cannabis...
Rien d'étonnant à ce que sa légalisation soit une des revendications qu'on trouve sur les autocollants disponibles dans les boutiques de Mendocino... parmi beaucoup d'autres relevant de cette contre-culture des années 60-70.

Autocollants.jpg

mercredi 9 octobre 2013

5- Boonville

( Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Dans l'après-midi, j'ai suivi femmes et enfants à la foire de Boonville, à une cinquantaine de kms à l'intérieur des terres. C'est très différent de la côte, un peu comme notre Sud-Ouest, avec du soleil, une sécheresse bien visible, des arbres plus modestes que sur la côte, et des vignobles abreuvés au goutte-à-goutte par des tuyaux passant d'un cep à l'autre, à 50 cm au-dessus du sol.

Cette foire est un mélange de manèges et d'expositions, avec des coucours concernant la présentation de produits fermiers (fruits, animaux, laines, fleurs...) mais aussi de photos, de tapisseries et autres créations artisanales. Ambiance plutôt sympathique...

                 P1030460.JPG           P1030464.JPG

       P1030466.JPG       P1030463.JPG       P1030471.JPG

... Et voici quelques photos de mes petits enfants. Par ordre croissant d'age: Ginger (5), Beau (6), Malekae (14) :

Malekae-Ginger-Beau.jpg       P1030406.JPG      P1030393.JPG       Malekae.jpg

P1030378_.jpg    P1030453_.jpg    P1030416.JPG

 P1030438.JPG   Lecteur vidéo intégré   P1030458.JPG

... et de leurs mères ( Jenna et Hopi ) :

                P1030297.JPG            P1030457_.JPG

mardi 8 octobre 2013

6- Albion (bis)

( Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Plus d'énergie dans la batterie, donc aujourd'hui pas de photos. C'est aussi bien, parce que je n'arrive pas à suivre le rythme de publication de ce journal !
Ce matin nous sommes allé à Fort Bragg, suivre un match de foot pour enfants auquel Beau participait, et cet après-midi tout le monde est parti au mariage d'un ami, où j'ai préféré ne pas aller, manière de m'offrir une petite pause en solitaire. Car c'est assez fatigant d'essayer de suivre toutes les conversations. Parfois je ne comprends quasiment plus rien, et si je dois intervenir, je bafouille, je cherche mes mots. Alors une petite pause est bienvenue... J'en profite pour mettre à jour ce journal !

Albion, la commune où vit la famille de Djamil (et aussi Lee, sa mère) n'a pas grand chose de ce qui par chez nous fait un village : le centre est quasiment inexistant, juste quelques magasins et quelques maisons en contrebas, surplombant la rivière :

P1030480.JPG   P1030236.JPG   P1030350.JPG   P1030481.JPG

Le reste des quelques 168 habitants (en 2010) est dispersé alentour, jusqu'à plusieurs kilomètres de là. L'école, par exemple est à 3,7km du centre. J'en ai quelques photos prises lors de mon dernier voyage, alors que Malekae y allait encore. Mais elles sont en France ! Pour l'heure je n'ai que celles-ci :

P1030356.jpg    P1030355.JPG     P1030353.JPG

C'est une école qui sert aussi de local pour d'autres activités, comme par exemple le TaiJi...

Albion est une commune sans maire ni mairie. Les activités communales y sont gérées par des associations, comme par exemple l'entretien des routes, la voirie...

Comme dans tout le comté, la contre-culture est ici bien visible. Pendant la guerre du Vietnam, beaucoup de jeunes ont voulu sortir du système qui la rendait possible. Ils ont donc développé toute une réflexion là-dessus, accompagnée d'une forte contestation. On retrouve aujourd'hui cette façon de voir par dans le mouvement d'occupation des places financières. Entre autres... Voici quelques affiches apposées sur la vitrine de l'épicerie :

P1030473.JPG    P1030472.JPG   P1030477.JPG

La première concerne l'utilisation de l'eau; la seconde une modification de la constitution à propos du pouvoir des banques et d'un manque de démocratie; la troisième dit que si les femmes prenaient les armes pour défendre leurs droits concernant la procréations, le port d'armes serait immédiatement interdit, ce qui ferait d'une pierre deux coups!

lundi 7 octobre 2013

7- Par la côte

( Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Hopi reprenant son travail lundi matin, je suis redescendu avec vers Alameda, mais par la côte cette fois. C'est deux fois plus long que par l'intérieur, mais comme il fait un temps splendide, c'était parfait pour aller faire un peu trempette dans l'océan pacifique, même si ce n'est que pour une minute ou deux. Le courant de Humboldt, venu du grand nord, n'incite guère à la baignade, mais quand même :

  P1030487.JPG      P1030491.JPG     P1030484.JPG

P1030511.JPG                             P1030523.JPG

P1030505.JPG  P1030525.JPG  P1030503.JPG

Les algues, longues de plusieurs mètres, ont un pied fixé dans le sol et un flotteur qui les maintient en surface. Elles forment dans l'océan de véritables forêt mouvantes, et déracinées par les tempêtes viennent s'entrelacer sur la plage.

P1030538.JPG       P1030526.JPG       P1030527.JPG

Quand aux rochers (très durs) leurs veines, ciselées par les embruns, tracent d'étranges figures sur les parois.

P1030528.JPG        P1030535.JPG       P1030532.JPG

Plus on se rapproche de San Francisco, plus les élevages s'intensifient, le tourisme aussi (qui n'a pourtant pas du tout saccagé le paysage). Je n'ai pas pu résister à tirer quelques photos-cartes-postales...

P1030545.JPG        P1030547.JPG         P1030543.JPG

Puis nous avons quitté la côte pour l'intérieur des terres, vers la 101 (qui traverse la Californie du nord au sud).
La ville de Petaluma, dans le comté de Sonoma, est célèbre pour ses positions en faveur d'une agriculture bio, sans OGM. Je précise qu'en anglais, "OGM" se dit "GMO", et que "OMG!" signifie "Oh My God!". Quand à la "Seed Bank" c'est dans les locaux de l'ancienne banque nationale du comté de Sonoma, transformée en "Banque de graines" et alimentée par les producteurs locaux. Il semblerait que la législation sur la vente de graines soit plus souple ici qu'en France... Mais c'est à voir de plus près...

P1030556.JPG       P1030640.jpg       P1030554.JPG

Et finalement, nous revoici dans cette civilisation, où, comme disait Nougaro : "Chacun est rentré chez son automobile."...

P1030559.JPG

dimanche 6 octobre 2013

8- Alameda

( Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Alameda (qui en espagnol désigne une large allée d'arbres) est une île "artificielle", située sur la côte Est de la Baie, en face de San Francisco.

P1030578.JPG          P1030571.JPG

..."artificielle", parce que dans la seconde moitié du 19ème siècle ce n'était encore qu'une presqu'île, sur laquelle s’installaient ceux à qui la ruée vers l'or avait souri. Une partie de l'île porte d'ailleurs encore le nom de "Gold Coast"...

P1030570.JPG

P1030569.JPG

En 1902, pour accompagner le développement du chemin de fer (qui désormais reliait les deux rivages des États-Unis) on décida de construire un large port. Pour ce faire un canal fut creusé, qui sépara la presqu’île d'Alameda du reste de la côte, c'est à dire d'Oakland...

Après le tremblement de terre qui en 1906 ravagea San Francisco, il y eut un grand afflux de population de ce coté-ci de la Baie, population attirée par l'essor économique d'Oakland : industrie automobile, construction navale, métallurgie...

En 1936, une vaste base aéronavale y fut construite, très active lors de la guerre du Pacifique. Elle fut démantelée en 1997, et sert maintenant de décor à certains films (Matrix...)

L’île fut donc entièrement couverte de maisons, toutes en bois (comme c'est le cas partout dans la région), bois tiré des grandes forêts de Redwoods, que cette exploitation intensive réduisit en peau de chagrin. C'est d'ailleurs pour cela que le tremblement de terre de 1906 détruisit San Francisco à 80%, par le gigantesque incendie qui en suivit, déplaçant les 3/4 de sa population ailleurs dans la Baie.

P1030667.JPG     P1030669.JPG     P1030663.JPG

P1030650.jpg     P1030678.jpg     P1030659.JPG

P1030657.JPG     P1030671.JPG     P1030674.JPG

P1030684.JPG     P1030648.JPG     P1030686.JPG

P1030682.jpg     P1030646.JPG     P1030676.JPG

samedi 5 octobre 2013

9- L'art et la manière...

... de ramasser les ordures tout seul, et sans trop se fatiguer !

Lecteur vidéo intégré

vendredi 4 octobre 2013

10- La route vers Albion

( Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

P1040402.jpgJohn (le mari de Hopi) ayant reçu de ses patrons une nouvelle voiture m'a prêté son fourgon pour la semaine, et je peux donc faire l'aller-retour Alameda-Albion par mes propres moyens. Après quelques explications suivies de quelques notes, j'ai donc pris la route, ce matin vers 10h (pour ne pas m'attraper trop de circulation).

Au début j'étais un peu nerveux car c'est la première fois que je conduis un véhicule à embrayage automatique. Et puis je me demandais si j'allais pas trop me tromper de directions ! Mais non: les explications étaient limpides, et à part les feux rouges qui sont placés de l'autre coté de la route qu'on traverse, rien de foncièrement différent d'avec ce qu'on trouve par chez nous...

Par contre ce n'est pas du tout pareil que de se faire transporter par quelqu'un, parce que c'est plus facile de décider de s'arrêter quand on est seul. D'autant qu'avec ma lubie actuelle des photos, l'envie m'en prend souvent!

Dommage hélas que sur les freeways que j'ai suivi pendant les 2/3 du parcours, je n'ai trouvé aucune aire de stationnement. Donc pas de photos des enchevêtrements d'autoroute ni des ponts, ni des splendides panoramas de la Baie.
Voici tout de même une vue du nord de cette baie, avec l'île d'Alameda, Oakland/Berkeley à droite et San Francisco en haut à gauche. Ça peut donner une idée de mon parcours vers le nord...

J'ai donc roulé de longue pendant 150km à travers les comtés de Marine et Sonoma, jusqu'à Cloverdale, qui se situe presque à la frontière avec le comté de Mendocino, c'est-à-dire aux limites septentrionales de la région urbaine de San Francisco. Et en effet c'est bien différent, avec des senteurs de Marijuana portées par la brise ensoleillée. Normal: c'est la saison des récoltes, et il semble que ce soit une plante très cultivée par ici, sous couvert de prescription médicale. Pas mal de vigne aussi (mais sans prescription médicale).
Je vous laisse donc découvrir ce qu'on peut voir entre Cloverdale et Albion, le long de la Californienne 128, jusqu'à ce que les Redwoods remplacent les vignes, et que l'Océan Pacifique apporte ses brumes le long de la côte escarpée...

P1040279.jpg    P1040284.jpg    P1040288.JPG

P1040295.JPG     P1040313.JPG     P1040297.jpg

Quelques précisions: "Adopter une route" est un programme gouvernemental qui autorise les associations désireuse d'assurer bénévolement la propreté d'une portion de route, d'indiquer leur nom sur ce genre de panneau signalétique. Autrement dit: une publicité contre un service rendu. Pas bête, mais ça a posé quelques problèmes juridiques à l'américaine quand le Ku-Klux-Klan et autres groupes nazis, ce sont pris au jeu... Plus d'informations ici...

P1040307.JPG     P1040303.jpg     P1040320.JPG

P1040332.jpg                 P1040338.jpg

P1040354.JPG       P1040345.jpg      P1040355.JPG

Ces belles fleurs (Amaryllis belladonna) d'un rose attractif et très présentes sur la côte, sont dénommées : "Naked Ladies", "Dames nues", parce que les feuilles poussent d'abord puis tombent en déshabillant la fleur de ses atours. Une autre belle dame, prénommée Athena, m'en a offert deux bulbes. Mais je ne sais pas si l'air méditerranéen leur sera propice : j'ai l'impression qu'elles se nourrissent des brumes océanes...

P1040382.JPG         P1040379.JPG

jeudi 3 octobre 2013

11- L'Exploratorium (1)

(Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

C'est un vaste « musée », interactif à 95 %, installé dans le dock n°15 du port de San Francisco, une sorte de « Palais de la découverte » où les scientifiques travaillent avec des artistes de façon à rendre la recherche très attractive.

Ce qui frappe le plus, dès les premiers pas, c'est l'aspect visuel, parce que les fenêtres de cette partie du bâtiment diffractent la lumière, et l'utilise pour des projections sur écran.

P1030795.jpg  P1030835.JPG  P1030839.JPG

Vaut donc mieux y aller un jour de soleil, et de préférence en semaine parce que le week-end est assez chargé.

Voici quelques vidéos concernant l'optique...

( Il est préférable de lancer la vidéo, puis de la mettre aussitôt en pause, le temps qu'elle finisse de se charger...
La petite flèche permet un affichage pleine-page...)

Lecteur vidéo intégré    Lecteur vidéo intégré    Lecteur vidéo intégré

Lecteur vidéo intégré     P1040126.jpg     Lecteur vidéo intégré

... et quelques autres utilisant le magnétisme (à droite) et des granules de gaz carbonique congelé jetés dans de l'eau (à gauche). Cette dernière installation existe aussi à la Cité de l'Espace , à Toulouse :

Lecteur vidéo intégré            Lecteur vidéo intégré

mercredi 2 octobre 2013

12- L'Exploratorium (2)

(Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Une partie de l' Exploratorium est consacré aux perceptions, et même aux perceptions de soi.
Il y a par exemple deux longs assemblages de miroir: l'un ("ego-centré") dans lequel on se voit toujours (pour peu qu'on ne soit pas trop sur les cotés), l'autre ("ego réducteur") devant lequel on ne se voit jamais (je n'ai bien sur pas pris de photo de celui-ci!)...
Et puis cette boule lumineuse qu'on fait descendre sur sa tête, et dont on peut changer la teinte à volonté. Il est alors demandé de regarder comment les couleurs peuvent modifier nos impressions...
Enfin cet écran géant (tout un mur) qui décompose et trace nos mouvements...

( Il est préférable de lancer la vidéo, puis de la mettre aussitôt en pause, le temps qu'elle finisse de se charger...
La petite flèche permet un affichage pleine-page...)

P1030798.JPG    Couleurs-emotions.jpg     Lecteur vidéo intégré

Un grand miroir concave nous montre une image inversée (en relief)...    ... et en se plaçant chacun d'un coté de cet autre miroir, on peut superposer nos visages...

Lecteur vidéo intégré         Lecteur vidéo intégré

  Quand à la dernière image, si on s'installe devant cet autre miroir, quelques gouttes d'eau tombe sur l'image de nos yeux, induisant en nous une sensation de tristesse...

P1030845.jpg    tristesse.jpg

mardi 1 octobre 2013

13- L'Exploratorium (3)

Voici quelques vues, en vrac...

( Il est préférable de lancer la vidéo, puis de la mettre aussitôt en pause, le temps qu'elle finisse de se charger...
La petite flèche permet un affichage pleine-page...)

À droite une simulation de tornade initiée par un déplacement circulaire...
À gauche un balancier dont les mouvements animent trois disques sur lesquels sont incrustés des aimants, et du coup le balancier modifie sa course. Un mouvement très chaotique :

Lecteur vidéo intégré           Lecteur vidéo intégré

Puis une partie consacrée au son, avec des visualisations d'ondes et toutes sortes de manipulations comme de mordre une tige pour entendre la musique transmise par nos os...

Ici une projection du son à distance par miroir parabolique, un scanner qui transcrit en fréquence audible tout ce qui se trouve sur son parcours, et un atelier de montage électrique.

P1030782_.jpg     Lecteur vidéo intégré    P1040080.jpg

... et puis un peu de ce que j'ai eu envie de photographier (les enfants sont Ginger et Cassius)

P1030849.jpg  P1030779.JPG  P1040078.JPG  P1030786.JPG

Et pour finir, un coup d’œil sur "l'Observatoire de la Baie", où on trouve beaucoup d'informations visuelles sur elle (courants, températures, salinité, climat, évolution dans le temps...) et aussi des vidéos en provenance de la NASA, de ce qui est produit par le "Studio de Visualisation Scientifique", et qu'on peut télécharger à cette adresse (mais en ce moment le site de la NASA est gelé, comme toutes les institutions fédérales, en attendant que le budget soit enfin voté !).
Voici ce qu'on peut y trouver, projeté à l'Exploratorium sur un mur d'écrans : une image animée du soleil... (à suivre...)

Lecteur vidéo intégré

lundi 30 septembre 2013

14- L'or vert

(Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

Le comté de Mendocino, avec ceux de Humbold et de Trinity, plus au nord, forment ce qu'on appelle « le triangle d'émeraude ». C'étaient des régions qui vivaient essentiellement de l'industrie forestière et de la pêche. Mais la disparition des grands Redwoods et les concurrences internationales ont fait s'écrouler ces économies.
À partir des année 60, accompagnant le mouvement contre-culturel de retour-à-la-terre, les plantations de cannabis s'y sont largement répandues, conséquence indirecte de la lutte anti-drogue opérée au Mexique. En effet, à la suite d'une publication sur les dangers que représentait désormais la marijuana mexicaine à cause des intenses épanchements d'herbicides effectués sur les plantations, les consommateurs ont cherché d'autres sources d'approvisionnement. La prohibition ayant fait exploser les prix, d'aucuns allèrent jusqu'à dire qu'elle fut une façon détournée de relancer l'économie de ces comtés !
Bien-sur, les divers gouvernements (fédéraux, étatiques et locaux) ont sévi contre les producteurs (par destructions et arrestations), mais ils étaient si nombreux et les lois si complexes que rien n'y fit. Aujourd'hui, le terme de « triangle d'émeraude » est même devenu un label pour les entreprises de produits agricoles qui se sont développées dans ces régions, d'autant plus facilement qu'à partir de 1996 la légalisation du cannabis « médical » (initiée par la Californie) s'est répandue dans une trentaine d'états, créant par contradiction avec les lois fédérales un invraisemblable imbroglio législatif que les avocats n'ont pas manqué d'exploiter.
J'ai beaucoup appris à ce sujet en lisant « Humbold » un livre écrit par Emily Brady, une journaliste qui raconte la vie de 4 personnes impliquées de différentes manières dans la culture du cannabis, du planteur au shérif...

À Mendocino, j'ai pu constater que le fournisseur de produits agricoles vendait tout ce qu'il fallait pour cette agriculture-là, depuis les lampes destinées aux plantations en intérieur jusqu'aux savons pour s'enlever la résine des mains, sans oublier les multiples produits dont l'image publicitaire ne laisse aucun doute sur la cible. Une autre boutique est spécialisée dans les pipes et les livres traitant du sujet...

P1040468.jpg   P1040700.JPG   P1040469.JPG

Une autre encore fournit une vingtaine de qualités différentes de cannabis, qu'on peut acheter pour peu qu'on ait une ordonnance médicale, des plus faciles à obtenir.P1040269.JPGP1040268.JPG

À Oakland, d'ailleurs, le cabinet médical qui délivre les certificats est installé juste en face de « l 'Université d'Oaksterdam » (sic) où on apprend tout ce qu'il faut pour être un spécialiste de la question. La police fédérale y a bien opéré une descente destructive, mais aux dires du policier chargé de la surveillance, il n'y eut aucune suite parce que c'était juste une manière de marquer le coup. Une sorte de règlement de comptes, en quelque sorte...


Il y a plein d'autres histoires qui courent sur tout ça, des arrestations sans lendemains aux grandes politiques commerciales. Des projets de légalisation sont en cours : l'état du Colorado vient de légaliser la marijuana « de loisir », et en 2010 il y eut en Californie un référendum là-dessus qui a donné un résultat négatif. Mais ça finira bien par se faire, et les grandes firmes tabacoles ont déjà tout ce qu'il faut pour faire face à une situation qu'elles ne manqueront pas d'exploiter, au grand dam des petits producteurs, qui pour ne pas trop faire faillite n'auront plus alors comme solution que de créer des labels de qualité, ce qui commence à se faire, comme ici...

Il semblerait que la vie économique du triangle d'émeraude repose désormais en très grande partie sur « l'or vert »... Il semblerait que plus de la moitié de la population en pratiquerait la culture, sinon professionnellement du moins pour un usage familial... Il semblerait que...
Peut-être... mais ce dont je suis sûr en tout cas, c'est qu'en traversant nombre de bourgades, l'odeur du cannabis m'est effectivement montée aux narines, et pas juste un peu ! Comme par chez nous la vigne, au temps des vendanges.

dimanche 29 septembre 2013

15- Du cotè de chez Hopi

(Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...
F11 donne un affichage pleine-page...)

D'abord la maison, très sympathique, toute en bois, qui donne sur une rue calme avec pas mal de verdure, avec aussi un jardin par derrière où Hopi a son atelier. Alameda est une sorte de banlieue résidentielle (avec tout de même des commerces ouverts tard ou toute la nuit!). La chambre est celle de Ginger, et occasionnellement la mienne...

P1030853.JPG    P1030855.JPG    P1030593.JPG

Nounours.jpg    P1040061.JPG    P1030641.JPG

Le "rez-de-chaussée" (en fait un peu en hauteur) est le lieu principal des activités... Ce qu'on voit ici, c'est la fabrication de crânes en sucre, tout décorés, comme on les fait pour le jour des morts. C'est pas encore le moment, mais c'était pour me montrer. Le jour des morts est une grande fête par ici, apportée par les "mexicains", tels qu'on nomme ici les immigrants d'Amérique centrale, qui représentent en Californie un peu plus de la moitié de la population. Fruitvale, Le grand quartier mexicain d'Oakland est juste en face de l'île d'Alameda... (J'en montrerai quelques photos prochainement, ici)...

P1040048.JPG     P1040222.JPG     P1040227.JPG

P1040211.JPG      P1040058.JPG      P1040049.JPG      P1040059.JPG      P1040229.JPG

P1030713.JPG   Lecteur vidéo intégré   P1030866.JPG   P1030859.JPG

Et pendant ce temps les garçons s'entraînent au base-ball. Cassius en est complètement fana, ce qui n'est pas mal parce que non seulement ça lui fait bouger ses muscles, mais c'est aussi un jeu d'équipe, et les parents qui font les entraîneurs du club s'y donnent vraiment à fond!

P1040244.JPG     P1030751.JPG     P1040260.JPG     P1030775.JPG     P1030934.JPG

P1030915.JPG    P1030913.JPG   P1030927.JPG

Et voici l'école où vont ces enfants, une école privée plutôt sympathique, où je suis venu jouer un peu d'accordéon, de cuillères et de guimbarde, et faire danser les enfants...

P1030879.JPG   P1030889.JPG   P1030882.JPG

Que j'y prenne ces photos n'a semblé déranger personne...

samedi 28 septembre 2013

16- Du coté de chez Djamil

(Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...)

La commune d'Albion s'étend sur la forêt environnante, où se trouvent la plus part des maisons...

Lecteur vidéo intégré    P1030295.JPG    Lecteur vidéo intégré

Un peu plus loin sur cette même route, on arrive au parc de la rivière Navarro (celle qu'on voit sur la vidéo)
La sculpture, qui représente Johnny Winter, a été réalisée par Rabbani Kenyon...

P1030242.JPG     P1030239.JPG     P1030243.JPG

P1040517.JPGP1040506.JPG

  

Ici nous sommes du coté de Mendocino, une commune voisine, chez Al, un potier de la première génération, celle qui est venue s'installer dans les années 60-70. Le voici (à gauche) avec Jenna et Djamil, devant son atelier perdu au milieu des grands arbres (le four est à droite)...

  

Dans sa maison, il montre à Jenna un livre qu'il a concocté, sur la vie de potier, avec des photos, des histoires... Très beau.

   

Voici le village d' Elk, un peu plus au sud (Albion se situe entre Elk et Mendocino). Les arbres sont des cyprès...

P1040488.JPG   P1040493.JPG   P1040491.JPG

Quelques photos familiales, chez Djamil et Jenna...

P1040390_.JPG   P1040401.JPG   P1040395.jpg

P1040445.JPG    Lecteur vidéo intégré   P1040457_.JPG

P1040422.JPG   P1040418.JPG   P1040439.JPG

L'école d'Albion...

P1040473.jpg   P1040479.JPG   P1040475.JPG

... et pour finir, un petit tour sur la rivière de Mendocino...

P1040521.JPG   P1040532.jpg   P1040544.JPG

P1040550.JPG   P1040547.jpg   P1040545.JPG

P1040552.JPG              P1040551.JPG

vendredi 27 septembre 2013

17- Derniers regards sur la Baie

(Cliquer sur une photo permet de l'agrandir...)

P1040604.jpgP1040606.jpgPour marquer ce qui caractérise l'esprit de son université, la ville de Berkeley a récemment fait ériger cette grande statue, bien visible depuis l'autoroute, et qui montre avant tout un mouvement de protestation...
Ceci dit, les critiques vont bon train, arguant qu'on ne défend pas de belles causes avec du mauvais art, c'est-à-dire une conception très vieillotte de ce qu'est une sculpture monumentale...

Quoi dire de plus ? Qu'on n'y construit plus de parking pour inciter a se déplacer en vélo ? ... Mais la politique en matière de transports en communs reste quand-même fort timide en Californie, où il est difficile de trouver un boulot qui permettrait de laisser sa voiture à la maison.

C'est d'ailleurs bien le problème de Hopi, qui fatigue d'avoir à faire au moins 2heures  par jour de voiture pour aller au collège où elle enseigne la sculpture. À ce propos, je corrige une erreur que j'ai faite précédemment concernant les établissement d'enseignement public aux États-Unis. En fait c'est à peu près comme chez nous: après la maternelle (qu'on appelle Kindergarten et qui fait partie de l'école élémentaire, à partir de 5 ans) il y a la primary-school, puis la middle school (notre collège mais à 3 niveaux), puis la high-school (notre lycée mais à 4 niveaux), puis l'Université ou le College, qu'on pourrait appeler "collège universitaire", et où l'enseignement donné est d'ordre plus pratique qu'à l'Université.
C'est là que Hopi enseigne...

Lecteur vidéo intégré     P1030613.jpg

Pour_commencer.jpg   P1030622.JPG   P1030639.JPG

... mais elle aimerait bien avoir plus de temps à consacrer à ses propres créations, comme ces îles qui flottent dans le hall d'un grand building du centre d'Oakland, pas bien loin de ceux que je montre ici...

P1030582.JPG   P1030589.JPG   P1030585.JPG

Comme à San Francisco, la ville d'Oakland a des quartiers basés sur l'origine de leurs habitants, les plus importants étant les quartiers "mexicains" et chinois, ici pas touristiques du tout, à cause peut-être de la mauvaise réputation de la ville, mais surtout de la grande attraction qu'exerce San Francisco.

P1030580.JPG    P1030906.JPG    P1030907.JPG

P1030910.jpg   P1030909.jpg   P1030908.jpg

Ces fresques ornaient un restaurant de Fruitvale, le quartier latino d'Oakland. Mais j'en ai trouvé aussi à Berkeley, ainsi que cette jolie façon d'ornementer une simple palissade en bois :

P1030898.JPG      P1030897.JPG

Le complément au "Jour des morts" (voir ici) est Haloween (juste la veille), également très fêté. Il y a de grands magasins spécialisés qui n'ouvrent qu'en cette période (de septembre à novembre) et qui proposent tout ce qu'il faut, non seulement pour ce déguiser (la grande mode pour les filles étant le look "super-sexy-de-la-mort") mais aussi pour construire des mises en scènes macabres. On a tendance en Europe de ne voir dans Halloween qu'un vaste montage commercial. Mais si la débauche marchande est aujourd'hui bien réelle, il faut voir qu'en Amérique centrale, avant l'arrivée de Christophe Colomb, le jour des morts s'opérait en 2 temps : un jour pour célébrer les enfants défunts, puis un jour pour les adultes...
(à méditer...)

P1030564.JPG   P1030565.JPG   P1030563.JPG

... ... ...

Ne me reste plus, avant de m'envoler, qu'à rendre hommage aux participants de cette soirée passée dans les hauteurs d'Oakland chez une amie de Hopi, qui fêtait son anniversaire entourée d'artistes ayant en commun de n'être pas (ou plus) dans la mouvance du "Burning-Man", vécue comme un peu trop présente, voir étouffante... On était une vingtaine, et javais apporté l'accordéon. Quand je me suis mis à jouer, ils ont décidé de dessiner ensemble sur une grande table, en changeant de place à chaque nouveau morceau, et jusqu'à ce que la nappe fusse entièrement remplie de traits et de couleurs. Moi qui suis plutôt habitué à faire danser, j'ai bien apprécié de les voir ainsi faire...

P1040619.JPG   P1040617.JPG   P1040618.JPG